Fédération CS Rhône

Qu’est-ce qu’un centre social ?

Rôle, projet et missions d’un centre social

3 maisons dans 1 centre social

dimension-individuelle-60

Dimension individuelle

Maison des services & des activités
Activités régulières et services adaptés aux besoins exprimés par les habitants
  • Activités pour toute la famille,
  • Sorties de loisirs & culturelles,
  • Accompagnement à la scolarité,
  • Ateliers linguistiques, de cuisine, d’informatique,
  • Permanences sociales et juridiques,
  • Soutien à la parentalité.

Appui aux centres sociaux

Dimension collective

Maison des projets
Accompagnement de projets collectifs des habitants pour répondre à leurs besoin

  • Départs en vacances et sorties,
  • Soutien à la vie associative locale,
  • Valorisation des pratiques artistiques des habitants,
  • Appui à la création et animation de groupes (habitants, locataires, parents, seniors…).

Animation réseau centres sociaux

Dimension d’intérêt général

Maison de la citoyenneté
Développement du pouvoir d’agir des habitants sur les questions de société concernant leur territoire

  • Organisation de débats,
  • Soutien aux initiatives concrètes des habitants (échange de services…),
  • Appui à l’implication des habitants dans les instances (centre social, comité de quartier, conseil citoyen…),
  • Mobilisation de collectifs autour de problématiques spécifiques locales.

Les ingrédients essentiels d’un centre social

  • l’accueil attentif et inconditionnel de tous,
  • la recherche de la mixité (mixité sociale, culturelle, générationnelle…) qui est une richesse,
  • la convivialité,
  • la collaboration entre des habitants engagés au cœur du projet (les centres sociaux du Rhône sont tous associatifs) et des professionnels parties prenantes de ce projet,
  • la conviction que chaque habitant, sur les questions et enjeux qui le préoccupe, dispose d’une capacité à choisir librement, transformer son choix en une décision et agir en fonction de sa décision, il « suffit » d’accompagner ou d’outiller pour développer cette capacité (cf. notion de pouvoir d’agir),
  • la volonté d’accompagner les initiatives locales et les projets citoyens,
  • l’ouverture à la vie et aux acteurs du territoire,
  • des financements pluriels (cf. question / réponse ci-dessous).

TEXTES CADRES - Quels sont les textes qui définissent le rôle et les missions d’un centre social ?

La charte des centres sociaux & la circulaire Cnaf n°2012-013.

Chaque centre social fédéré reconnaît la Charte des centres sociaux comme texte de référence de son identité et de son action (consulter une présentation synthétique de la charte Le sens que nous donnons à notre action – consulter le document complet.
Chaque centre social reconnu par la Caf, à travers l’agrément « centre social », respecte les critères et vise les objectifs établis dans la circulaire relative à l’animation de la vie social de 2012, n°2012-013 et complétée récemment par la circulaire n°2016-005 relative aux agréments des structures d’animation de la vie sociale (et portant sur l’appréciation du critère de participation des habitants et les référentiels métiers des professionnels des centres sociaux). Pour découvrir en diaporama interactif Prezi l’essentiel de la circulaire de 2012.

APPELLATION - Y a-t-il une différence entre un centre social, un centre socio-culturel et un centre social et culturel ?

Non, pas fondamentalement !

Ces trois types de structures ont toutes un agrément « centre social » délivré par la Caf, et la plupart adhèrent à la Fédération des centres sociaux, ils partagent donc un socle commun (de fonctionnement, de valeurs…). Cependant, et bien que tous les centres sociaux proposent des activités et/ou développent des projets culturels, certains centres ont voulu marquer dans leur nom la composante culturelle qui est essentielle pour eux. Certains choisissent de s’appeler « centre d’animation » ou « centre familial » ou même « maison sociale ». Ces noms reflètent l’histoire et l’identité du centre. L’agrément « centre social » est comme un label garantissant que ces associations répondent aux critères de la Caf et mettent en œuvre un projet agréé par la Caf pour quatre ans (cet agrément ouvre droit à des subventions spécifiques).

STRUCTURES - Y a-t-il une différence entre une maison de quartier, une maison pour tous et un centre social ?

Oui, tout à fait !

Il y a des différences d’organisation, de gestion de structure et d’appartenance derrière l’ensemble de ces mots. Ce qui les rassemble, c’est que ce sont des équipements de quartier qui proposent aux habitants un certain nombre de services ou d’activités pour les enfants, les jeunes et plus largement la famille. En général, une « maison de quartier » ou « une maison pour tous  » est de la famille des Maisons des Jeunes et de la Culture.

UNIFORMITE - Tous les centres sociaux se ressemblent ?

Non et c’est bien comme ça !

Chaque centre, parce qu’il est enraciné dans la réalité locale, a son identité propre. C’est tout à fait normal et c’est même cohérent puisque le projet d’un centre social c’est d’être adapté aux demandes / besoins du territoire et de ses habitants et d’être façonné par l’implication et l’engagement de ces derniers.
Cependant, chaque centre faisant partie du réseau des centres sociaux souscrit aux valeurs et aux exigences communes de la Charte fédérale, et il participe à la vie de ce réseau. Dans le Rhône, la fédération compte 76 centres sociaux adhérents. En France, ce réseau est constitué de près de 1200 centres sociaux.

PUBLIC - N’importe qui peut venir dans un centre social, même sans avoir de difficultés sociales ?

Oui c’est le principe !

Tout le monde. Sans distinction d’âge, d’appartenance ethnique, religieuse ou culturelle, ni de situation sociale. Le centre social s’adresse à tous les habitants du quartier ou du territoire, il cherche à favoriser ce lien social dont chacun peut être partie prenante. De fait, de nombreuses activités et projets, prévus ou à proposer, sont accessibles à tous.
Cependant, certaines actions sont parfois consacrées à des publics spécifiques, prioritaires parce que plus fragiles, plus démunis, plus menacés : familles monoparentales, personnes âgées, adolescents ou jeunes en difficulté, chômeurs, immigrés.

CONCRETEMENT - Qu’est-ce qu’on fait / qu’est ce qui se passe dans un centre social ?

De tout.

Cela dépend surtout des caractéristiques du territoire et des aspirations et initiatives de ses habitants. Depuis le groupe de scrabble, jusqu’à l’atelier d’insertion qui a généré plusieurs emplois, en passant par l’atelier théâtre ou vidéo, la crèche, l’alphabétisation, les cours de cuisine, l’accès au multimédia, le centre de loisirs sans hébergement, le foyer des jeunes, un atelier de création-couture, une épicerie sociale, la rédaction du journal du quartier, etc.
Ouvert à toute attente et à toute proposition des habitants, le centre social répond en priorité aux nécessités de la vie quotidienne qui peuvent être prises en charge dans le cadre du voisinage. Dans son champ d’action, on trouve aussi les loisirs, le développement culturel, car ces activités correspondent à des besoins d’épanouissement personnel et dont l’accès doit être permis à tous, quels que soient ses moyens.

TECHNIQUEMENT - Comment fonctionne un centre social ?

Grâce à une équipe bénévole et une équipe professionnelle.

Un centre social, c’est une équipe, composée de bénévoles et de professionnels salariés, qui le fait tourner. Cette coopération bénévoles – salariés est au cœur même du projet. Ses bénévoles sont des habitants du quartier, venant au centre social et devenus acteurs de son fonctionnement et/ou de sa gestion. Chaque centre social associatif est géré par un conseil d’administration dont la majorité des membres sont des habitants du quartier. Pour qu’il y ait centre social, il est donc indispensable que les habitants soient plus que de simples clients de services ou d’activités conçus, décidés, animés ou gérés par d’autres. Par ailleurs, chaque centre social fonctionne sur un principe dit « d’animation globale ». C’est l’animation globale qui donne à la polyvalence du centre tout son sens, sa vraie dimension. Elle se caractérise par la prise en compte de l’ensemble de la problématique sociale locale. Grâce à elle, le centre social est beaucoup plus qu’une simple juxtaposition de services, d’activités, d’actions. Plus qu’un fil conducteur, cette animation globale garantit le projet de développement et la démarche participative.

FINANCEMENT - Ca fonctionne avec quel argent ?

La question des ressources et des moyens financiers se réfère à l’identité du projet des centres sociaux et socioculturels qui se veulent des acteurs à part entière du développement social, et non pas de simples opérateurs des politiques publiques. Le financement des centres provient de fonds publics mais aussi de la participation financière des adhérents et de certaines prestations payantes.

Les principaux financeurs sont :

  • Les Caisses d’Allocations Familiales, qui accordent un agrément ouvrant droit à une prestation de service de la CNAF et parfois les Caisses de Mutualité Sociale Agricole. Ces structures appuient très fortement le développement des centres sociaux et socioculturels dans leur fonction d’animation globale et de participation des habitants.
  • Les Communes, Communautés de communes, Communautés d’agglomération sont, de fait, principalement concernées puisque le projet d’un centre s’inscrit dans une logique territoriale, quartier, commune ou canton. Nombreuses sont donc celles qui reconnaissent l’initiative des habitants et financent aussi cette fonction d’animation globale.
  • Les Conseils Départementaux : leurs compétences se situent en matière de protection de l’enfance avec les centres sociaux sur de la prévention primaire, et en action sociale essentiellement sur les dispositifs d’insertion. Mais nombreux sont ceux qui eux aussi reconnaissent cette fonction centrale d’animation globale et parfois participent à la même hauteur que les CAF.
  • Les Conseils Régionaux : bien que moins compétents en la matière certains d’entre eux appuient les politiques des centres (jeunesse, culture).
  • Les services déconcentrés de l’Etat Jeunesse et Sport (via le FONJEP principalement), Emploi et Formation Professionnelle (sur des actions d’insertion ou de retour à l’emploi), Action Sanitaire et Sociale (sur des actions d’accompagnement social), Action Culturelle participent de même aux financements des activités des centres et parfois aussi à la fonction pilotage.

GESTIONNAIRE - Qui gère un centre social ?

C’est la plupart du temps une association loi 1901, comme c’est le cas pour les centres sociaux du Rhône. En France, plus de 70 % des centres sociaux agréés sont actuellement en gestion associative. Les CAF, la MSA, des municipalités ou CCAS, des promoteurs sociaux peuvent aussi gérer des centres sociaux, soit en gestion directe, soit en co-gestion.

SOCIAL - Est-ce que je peux rencontrer une assistante sociale dans un centre social ?

Non !
Bien que cela puisse arriver occasionnellement, par exemple dans le cadre d’une permanence spécifique prévue par tel ou tel centre (vous pouvez vérifier auprès du centre social le plus proche de chez vous). Mais la Fédération des centres sociaux et les centres sociaux eux-mêmes ne sont pas les interlocuteurs compétents sur cette question. Si vous avez besoin de rencontrer une assistante sociale, il faut s’adresser au service social de la commune ou à la Maison du Rhône ou à la Maison de la Métropole la plus proche.

EN RÉSUMÉ, un centre social, ça sert à quoi ?

Implantés au cœur des quartiers, dans les villes et en milieu rural, les centres sociaux sont des équipements polyvalents ouverts à tous les habitants, où chacun peut y trouver des activités et des services dans les domaines les plus variés : culture, insertion, loisirs, logement, garde d’enfants, etc.

D’un premier regard, ce sont de simples espaces d’animation sociale. Or, l’ambition des centres sociaux et socioculturels, reconnus par la FCSF, va bien au-delà. Plus que des équipements, ce sont des projets participatifs de développement.

En effet, depuis leur création, à la fin du siècle dernier, les centres sociaux ont eu, pour objectif prioritaire, de faire participer les habitants à l’amélioration de leurs conditions de vie, au développement de l’éducation et l’expression culturelle, au renforcement des solidarités, à la prévention et la réduction des exclusions.
Aller à la barre d’outils